Saint-Michel

A   La-Ciotat

Plan du Site Nouveautés Mots-Clefs

St Michel Antérieur St Michel 2002 St Michel 2004 St Michel 2005 St Michel 2006 St Michel 2007 St Michel 2008 St Michel 2009 St Michel 2010 St Michelt 2011 St Michel 2012 St Michel 2013 St Michel 2016 St Michel 2017

 

 

bullet

Historique

bullet

Saint Michel à Mers-el-Kébir

bullet

Le voyage de la statue

bullet

A toi notre reconnaissance

bullet

Saint Michel à La Ciotat

bullet

Photos 2004

bullet

Photos 2005

bullet

Photos 2006

bullet

Photos 2007

bullet

Photos 2008

bullet

Photos 2009

bullet

Photos 2010

bullet

Photos 2011

bullet

Photos 2012

bullet

Photos 2013

bullet

Photos 2016

bullet

Photos 2017

 

***

 

***

 

***

Historique

 

En 1535, le célèbre corsaire Barberousse  arrive face à Procida. L'île de Procida se trouve au sud-ouest de l'entrée du golfe de Naples en Italie. Au moment ou il va donner l'assaut et alors que les habitants se sont abrités dans leurs fortifications, Saint Michel et sa milice apparaissent sue les remparts de la ville. Pris de peur les pirates s'enfuient et ne reviendront plus jamais.

Pour célébrer cette délivrance miraculeuse les Procidiens fêtent tous les ans la Saint Michel.

La Confrérie Saint Michel de Mers-el-Kébir, la plus ancienne association religieuse d'Algérie, qui existait depuis 1862, a été fondée officiellement le 10 mai 1978 par le père Roux, curé du village.

Le nom des "Turchini" donné aux membres de la confrérie vient de la mosette bleue qu'ils portent tout comme le faisait les "fratelli" (frères) fondateurs vers 1630.

Curieusement, bien que créée sur le territoire français, les statuts de l'association "Di San Michele Santissimo Sacramento", son nom initial, sont italiens. Ces statuts ont été probablement copiés sur ceux de la Confrérie de Turchini. Ils ont été écrits en italien comme la majorité des documents établis à Mers-el-Kébir. Les familles installées au village ne savaient pas encore lire et écrire en français et puis c'était une marque d'attachement à leurs coutumes et traditions et en particulier à celle à laquelle ils tenaient le plus, la Saint Michel.

 

Propos tirés du livre de Janvier Ferrara "Mers-el-Kébir, le Grand Port".

 

 

Saint Michel à Mers-el-Kébir

 

 

Le jour de la fête, une grande statue de Saint Michel , commandée par les pêcheurs en Italie, était portée par les descendants des pêcheurs de Procida. Revêtus de la longue robe blanche et de la mosette bleue, les "Fratelli" portaient l'Archange couvert d'or et d'argent à travers le village.

Sortie de l'église, la procession allait en premier à la Marine (Vieux Port) où la bénédiction de la mer et des bateaux était accompagnée d'un sermon.

Puis le cortège passait par le quartier Saint Michel pour une seconde bénédiction et enfin avant d'entrer à nouveau dans l'église on procédait encore à la bénédiction de la mer et de tout le village

La procession était accompagnée tout son long par les prières, la musique, le bruit des "cagnonets" (petit canons ?) et les chants des chorales.

 

Propos tirés du livre de Jacques Gandini "Eglises d'Oranie"

 

 

Le voyage de la statue

 

 

La nouvelle de l'abandon définitif de la base militaire de Mers-el-Kébir le 31  janvier 1968 a été annoncée le 14 juillet 1967. Dès septembre 1967 la décision de rapatrier la statue de Saint Michel était prise en concertation avec un certain nombre de personnes. Citons le père Melis (curé de la paroisse Salésien de Don Bosco), le Prieur de l'époque Antoine Soccoïa, la famille Piro de La Ciotat et le père Bonelli curé doyen de la ville qui acceptait d'accueillir la statue dans sa paroisse.

Henri Mongrenier et Antoione Soccoïa demandaient alors audience à l'évèque Monseigneur Lacaste pour avoir l'autorisation de faire venir la statue en France. Demande qui fut acceptée bien volontiers.

Militaire à cette époque, Henri Mongrenier, obtint à son tour l'autorisation de son chef de corps, le colonel commandant le génie de la base, pour entreprendre les formalités qui conduiront au voyage de la statue dans un conteneur de l'armée.

Une dernière messe du départ eu lieu le dimanche 3 décembre 1967 en la présence d'autorités et de personnalités diverses, de religieuses, des Oranais et les derniers Kébiriens encore sur place. Henri Mongrenier cite de mémoire (sans prétendre être exhaustif), Bénigne Riccio, Antoinette Balzamo, Michel et Paulette Riccio, Joseph Sellito, Dédé et Carmelette Costagliola, Joseph Soccoja et son épouse, un membre de la famille Gallardo, Jean Abad, Danielle Richarté et Antoine Soccoïa avec son épouse.

Cette dernière messe en présence de Saint Michel fut célébrée par 7 prêtres dont 3 du village.

Le lendemain, une dernière procession traversait le village dans un camion militaire ouvert, sous escorte en grande tenue. Le convoi emprunta la rue de l'église, la place du marché, la rue de la Mairie, la rue des Andalouses,le plateau Saint Michel et la rue du Général Leclerc. Pendant tout le trajet, les cloches carillonnaient à la volée.

La statue a transité ensuite par le camp du Génie à Bouisville. Le 7 décembre elle embarquait sur le St Hélène pour quitter définitivement la terre d'Afrique le vendredi 8 décembre pour Marseille.

En janvier 1968, Joseph, Pasca et Antoine Piro, Michel Romeo et Jean Freuchet réceptionnaient la statue au camp de Sainte Marthe. Le 29 septembre 1968 pour la première fois la communauté de Kébir célébrait la Saint Michel à La Ciotat.

 

Propos largement inspirés du texte d'Henri Mongrenier paru dans Fidèles et Unis N° 26 ( photos à l'appui)

 

A toi notre reconnaissance

 

 

C'est le chant spécifique des Kébiriens lors de la procession de la Saint-Michel

 

 

Saint-Michel à La Ciotat (compilation de textes de plusieurs personnes)

 

 

Je m'adresse à toutes le Kébiriennes et tous les Kébiriens qui ne sont jamais venu à La Ciotat (environ 30 km à l'Est de Marseille) le dernier dimanche de septembre.
C'est ce jour que se fait la messe à 10 h à l'église située, presque, sur les quais de La Ciotat. Les chants assurés par un groupe de résistants des chorales de Mers-El-Kébir.
C'est ce jour que se fait la procession et la bénédiction de la mer par la statue de Saint Michel, portée par les Fratelli.
C'est ce jour que les enfants de Mers-El-Kébir se retrouvent devant la "sainte table"  pour prendre l'anisette de l'amitié et retrouver les parents et ami(e)s.
C'est ce jour que tout le monde sort sont repas du "cabasset" pour manger et partager les spécialités faites pour l'occasion.
C'est ce jour qu'on fait le plein de tonus pour un an.
C'est ce jour qu'on apprend de bonnes et, malheureusement, de mauvaises nouvelles.
C'est ce jour qu'on retrouve des personnes (parentes et amies) qu'on n'a pas vu depuis .............trop longtemps.

 

La messe : vous avez une chaire de poule qui vous envahit et ne vous quitte plus.
Par vagues successives vous avez les larmes qui montent aux yeux, la gorge qui se noue.
Les chants vous pénètrent et quand vous pensez qu'ils ont atteint leur paroxysme,  c'est là qu'ils redoublent, que les voix féminines répondent aux masculines dans un crescendo qui donne des palpitations à tel point que je ne sais même pas si je vais arriver à finir d'écrire ma phrase.
Et puis à la fin de l'office surgissent "les Fratelli"  et ils commencent à animer ce qu'on prenait jusqu'alors pour une statue.
Au bout de leurs bras, elle devient vivante, elle circule, s'arrête, tourne, s'infléchit, le tout suivant un rite séculaire et là ce n'est même plus Mers-el-Kébir, vous êtes encore plus loin dans le temps à Procida.
A la fin de la procession, vous arrivez dans la cour du patronage et là ... vous vous retrouvez outre Méditerranée.
Ca parle haut et fort, la langue devient un mélange de français, italien, espagnol et même arabe.
Petit à petit, au fur et à mesure de l'ouverture des "cabassets",  les odeurs vous enivrent.
Ensuite, après le repas, il y a les vêpres et là la chorale à pour mission de vous empêcher de vous assoupir et donc dans une chapelle toute petite, ils chantent encore plus fort (me semble t'il) que dans la grande église et voila que les symptômes repartent.
 

Cette fête se déroule sur une seule journée, le dernier dimanche de septembre.

La majorité des personnes qui viennent de prêt apportent leur repas dans des cabas et des glacières (il peut faire encore chaud en septembre).
D'autres, après la messe (ou avant) et la procession font des achats dans les commerces du cru (ou cuit c'est selon).
D'autres encore mangent dans un des nombreux petits restaurants du village (mais ils ne savent pas ce qu'ils ratent)
J'avoue que pour moi, la nourriture spirituelle et affective compte beaucoup plus que celle de l'assiette.
Donc après la procession, on se retrouve dans l'enceinte d'un patronage, une grande cour bordée de grands platanes et dans laquelle de grandes tables ont été dressées.
Les familles se rassemblent par affinité ou au hasard des places disponibles au fur et à mesure que l'heure avance.
Un bar convivial en plein air (sauf déluge comme en 2003) permet de patienter utilement jusqu'à l'heure B (comme bouffe).
Ceux qui ont fini leur dessert croisent les piliers qui se sont résignés à la fermeture du bistrôt de campagne.
Bref il n'y a pas de rythme imposé, c'est comme là-bas !
Ca mange, ça parle, les bruits de fourchettes se mêlent aux "joé" et aux "que cats" que Saint Michel redevenu statue au milieu de la cour ne prend que pour de la ponctuation.
Un peu plus tard, dans une petite chapelle se tiennent les vêpres et puis c'est quartier libre.
Malheureusement les plus lointains ne tardent pas, à contre coeur, à lever l'ancre.
Cette manifestation rassemble essentiellement des Kébiriens et bien sûr leurs conjoints munis de leur passeport en bon uniforme (tiens San Antonio !)
Mais vu tous les dangers d'accoutumance qu'elle présente, cette manifestation n'est pas obligatoire, grâce à Dieu.

******************

Pour la Saint-Michel, j'y suis allé tant et plus quand j'étais petit avec ma mère. On retrouvait les cousins, les cousines les oncles, on passait la journée à s'amuser sous la statue de San Michele perchée sur une estrade, à se gaver de mantecaos et à se faire tirer la joue par de vieilles tantes qui trouvaient "qu'il est beau le petiiit!!".
Ensuite l'adolescence est venue et d'autres centres d'intérêt aussi. Puis les racines retrouvant de leur vigueur, depuis quelques années j'y retourne. Le voyage à Procida et le fait d'avoir endossé l'habit des Turchini, puis de porter l'Archange dans les petites rues bordées de Procidani qui nous jetaient des pétales de roses, les larmes aux yeux des Kébiriens et ce sentiment indéfinissable que le passé se continuait dans nos gestes, ne sont pas pour rien dans ce retour aux sources.
Cette source est incarnée par ma mère adorée, mes tantes et mes oncles (je n'ai pas eu, hélas le bonheur de connaître mes grands-parents), qui à coup de caresses, d'attention toujours renouvelée et de mounas, de potajé, de pastadiude, de pastepadane, de pastafazoul, et parfois de calbotes et encore de récits où s'entremêlaient la joie, les rires et l'amertume, dans ce dialecte napolitain dont j'adore les sons et les couleurs.